Le CESC

Le CESC : Bienvenue

Par admin francois-mitterrand-therouanne, publié le mardi 22 septembre 2015 08:12 - Mis à jour le mardi 29 septembre 2015 07:29

POLITIQUE D'EDUCATION A LA SANTE ET CITOYENNETE

La politique d’Education à la Santé et à la Citoyenneté se bâtit pendant les 4 années passées au collège. Elle prend appui sur le cadre légal des apprentissages (programme de prévention) et sur l’analyse d’indicateurs quantitatifs et qualitatifs propres au collège et son environnement (programme de rémédiation). Le CESC est l’instance qui permet de définir ces deux programmes et évaluer leur pertinence, en concertation avec les jeunes, l’équipe éducative et les parents.

La politique d’Education à la Santé et à la Citoyenneté se décompose de 2 parties :

* Un programme de prévention est construit en respectant les principes de base d’une démarche de prévention.

Il doit prendre en compte le développement de l’enfant et sa maturité, notamment :

* partir des connaissances, des demandes, des besoins et des préoccupations des élèves  ;

* apporter des informations scientifiquement validées en appui des enseignements  ;

* permettre de développer chez les élèves les compétences nécessaires pour adopter des comportements favorables à leur santé.

Une approche globale de la santé des jeunes visant leur bien-être général - physique, psychique et social - dépasse le seul transfert de connaissances, par exemple sur les méfaits du tabac. Elle se fixe également pour objectif le développement des compétences dites psycho-sociales des jeunes qui sont autant de facteurs permettant au jeune de résister à la cigarette, pour garder le même exemple.

* Un programme de remédiation qui est défini après analyse d’une grille d’indicateurs quantitatifs et qualitatifs . L’étude régulière de ces indicateurs par la cellule de veille et de prévention permet une plus grande réactivité dans la mise en place d’actions répondant à des problématiques spécifiques.

LES MISSIONS

Le Comité d’Education à la Santé et la Citoyenneté (C.E.S.C.) est une instance de réflexion, d’observation et de veille. Il conçoit, met en œuvre et évalue un projet éducatif qui s’intègre au projet de l’établissement scolaire.

C’est un projet éducatif global avec quatre missions :

* Contribuer à l’éducation à la citoyenneté.

* Préparer le plan de prévention de la violence.

* Proposer des actions pour aider les parents en difficultés, et lutter contre l’exclusion.

* Définir un programme d’éducation à la santé, à la sexualité et à la prévention des comportements à risques. Les compétences sociales et civiques s’acquièrent tout au long de la scolarité, dans le cadre des contenus disciplinaires et du socle commun de compétences. En ce sens, le C.E.S.C. doit contribuer à la préparation de tous les élèves à l’apprentissage de la vie en société, à la construction d’attitudes et de comportements responsables vis à vis de soi, des autres et de l’environnement.

L’existence des C.E.S.C. est encadrée par un ensemble de textes législatifs et réglementaires :

*Loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école du 23 avril 2005 (site du ministère) : elle renforce la mission de pilotage de l’établissement scolaire, visant à rendre cohérente et opérationnelle une politique éducative et partenariale ;

* Décret 2005-1145 du 9 septembre 2005 (site Légifrance) modifiant le décret 85-924 du 30 août 1985 relatif aux E.P.L.E. : il inscrit le C.E.S.C. dans le pilotage de chaque établissement scolaire du second degré, et l’intègre à la politique globale de réussite de tous les élèves ;

*Circulaire 2006-197 du 30 novembre 2006 (53 Ko) : elle précise la mise en oeuvre des missions des C.E.S.C.

*Circulaire 2006-125 du 16 août 2006 (72 Ko) : elle décline la prévention de la violence.

* Texte de la circulaire n° 2011-216 du 2 décembre 2011 (BOEN n°46 du 15 décembre 2011)

Les sept priorités selon la circulaire du 2 décembre 2011 :

•faire acquérir aux élèves des bonnes habitudes d’hygiène de vie  ;

•généraliser la mise en œuvre de l’éducation nutritionnelle et promouvoir les activités physiques (intégrant la prévention du surpoids et de l’obésité) ;

•généraliser l’éducation à la sexualité, (accès à la contraception et prévention des IST et du sida) ;

•généraliser la prévention des conduites addictives ;

•organiser la prévention des « jeux dangereux » et participer à la prévention et à la lutte contre le harcèlement entre élèves ;

repérer les signes d’alerte témoignant du mal-être et organiser le cas échéant la prise en charge des élèves repérés, notamment des victimes ou des auteurs de harcèlement ;

renforcer l’éducation à la responsabilité face aux risques, (formation aux premiers secours).